PRIMAIRE

La forêt primaire regorge de biodiversité. Très particulière, elle renferme une richesse incroyable en terme de faune et de flore.

Sur l'île de La Réunion, la forêt de Bébour-Bélouve (malgache Belova signifiant « héritage important » ou « riche patrimoine ») est une forêt des Hauts de l'Est à proximité du cirque de Salazie et qui occupe plus de 6000 hectares.
On l'appelle aussi souvent "forêt de nuage" du fait de l'importante hygrométrie qui y reigne. D'après le classement de l'ONF, c'est une "forêt tropicale de montagne au vent" et les nuages restent donc bien souvent coincés à cette hauteur.

La définition de forêt primaire est assez restrictive car elle ne s'applique qu'aux forêts de grande étendue (plusieurs milliers d'hectares),qui possède une composition floristique et faunistique correspondant aux potentialités naturelles du milieu, se renouvellant exclusivement par des processus autonomes, sans actions humaines.

Cependant, le terme de "poumon vert" pour la planète n'a pas lieux d'être !
En effet, un constat très simple : les plantes respirent comme l'ensemble des organismes terrestres. Ce n'est que lorsque l'ensoleillement devient assez important que le procesus de photosynthèse prend le pas sur celui de la respiration. Mais dans une forêt primaire, la couverture végétale est très importante et toutes les plantes n'ont pas tous accès au rayonnement solaire. Ainsi, la majorité de la production de dioxygène se fait dans la canopée, mais est consommée par les strates plus basses.

La canopée permet aussi de retenir une bonne partie de l'humidité ambiante sous forme de micro goutelette liquide d'eau qui provient des nuages, mais aussi de la respiration des êtres vivants. Cela permet à des espèces hygrophiles de pouvoir se développer au sein de la forêt.

Mais dans une forêt primaire, le système racinaire possède lui aussi un rôle crucial dans la protection du sol et permet notamment de retenir le sol et de lutter contre l'érosion, très marquée en milieu tropical.

Mais tout cet écosystème agé, est malheureusement menacé par un développement anthropique croissant qui entraine une érosion de l'extraordinaire biodiversité qu'une forêt primaire contient.
Par exemple, un des problèmes majeurs est l'introduction et le développement d'espèces nouvelles qui deviennent, à terme, envahissantes ent troublant l'équilibre écologique de la forêt. Par conséquent, sans programme de suivi et de lutte contre les envahisseur, la biodiversité de la forêt pourrait à terme être fortement réduite.

La forêt primaire, c'est un espace absolument unique par son âge, sa biodiversité, sa qualité de paysage, ses secrets qui restent à découvrir, mais qui est aussi sous pression et qui doit donc être étudié plus profondément à des fins de préservation.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !